TRANSPARENTS    

Les premières voiles
Bagutti
Le XIXe siècle
Les contemporains
La conservation
La technique
La restauration
L'iconographie
Les clients
Les parcours

 

Showgallery

 

La première série de « portes »

Les très rares documents dont nous disposons concernant les transparents comprenaient il y a quelques années encore une feuille (aujourd'hui perdue) qui indiquait l'ordre dans lequel devaient être placées les dix premières « portes transparentes » qu'on désignait alors sous le nom d'« arcs lumineux ». Vu qu'on y indiquait les propriétaires des maisons (qui avaient aussi payé la réalisation des ouvrages) contre lesquelles elles étaient posées, et non les rues (ni d'ailleurs les numéros qui n'existaient pas à l'époque), il est difficile d'identifier leurs emplacements, d'autant plus qu'il faut tenir compte des démolitions et des nouvelles constructions réalisées au centre du bourg. À l'occasion d'une exposition extraordinaire de certains Transparents au Musée d'art au printemps 2012, on a pu présenter la carte la plus ancienne dont nous disposons (datant de la fin du XIX e siècle), indiquant les emplacements probables (on y indique en blanc les trois lieux dont on est certain).

Mais l'identification du thème iconographique, qui démontre qu'il ne s'est jamais agi d'un Chemin de Croix, en raison de la présence d'autres personnages, surtout dédiés à Marie, et l'absence d'autres thèmes fondamentaux, est bien plus importante. Par ailleurs, l'ordre dans lequel ils étaient placés ne respectait pas la chronologie des épisodes évangéliques.

À partir du premier centenaire de 1898, cet ordre logique n'a plus été respecté, et l'on justifia les recombinaisons des grands arcs, les remplacements erronés et les ingérences de nouveaux sujets par la nécessité d'agrandir la série ou de remplacer les « portes » disparues. Cette légèreté face à l'originalité des transparents et à leur nature cultivée, s'est poursuivie jusqu'au deuxième centenaire, lorsqu'on essaya de remédier en partie aux dommages occasionnés, sans toutefois éliminer les « nouvelles » « portes » qui font désormais partie de la tradition malgré leur incohérence.

Ancien ordre des « portes »

Porte
no.
Sujet visible à l'aller  
no.
Sujet visible au retour
1
Panneau  
11
La déposition de la Croix
II°
2
Le lavage des pieds  
12
Jésus est déshabillé pour la crucifixion
III°
3
Les adieux à Marie  
13
Jésus est tombé et il est aidé par Simon de Cyrène
IV°
4
L'oraison dans le jardin  
 
5
La flagellation à la colonne  
14
Jésus rencontre sa mère
VI°
6
Jésus est couronné d'épines  
15
L’ecce Homo
VII°
7
La condamnation à mort  
16
Jésus est renié par Saint-Pierre
VIII°
8
Jésus console les femmes qui pleurent  
17
Jean informe Marie
IX°
9
La crucifixion  
18
Trahison et capture du Christ
10
Jésus déposé dans la tombe  
19
Jésus réveille les apôtres dans le jardin

On indique en italique les œuvres qui ont disparu. La IV e porte n'avait qu'un seul côté car elle était située transversalement par rapport à la procession.

L'ordre moderne des « portes »

Porte
no.
Sujet visible à l'aller  
no.
Sujet visible au retour

1

La cène (reproduction de Gilardi da Anastasio)

 

12

Les trois Marie (Gilardi da Anastasio)

II°

2

Le lavage des pieds

 

 

 

III°

3

Pilate et L’ecce Homo

 

 

 

IV°

4

(Saint-Pierre renie Jésus) au Prétoire

 

13

Trahison et capture du Christ

5

(La condamnation à mort) Jésus chez Hérode

 

14

La crucifixion

VI°

6

La flagellation à la colonne

 

15

Jésus rencontre sa mère

VII°

7

Jésus est couronné d'épines

 

16

Jésus est dépouillé de ses vêtements et abreuvé de fiel

VIII°

8

L'oraison dans le jardin

 

17

La Véronique (Jésus console les femmes)?

IX°

9

Marie au Tombeau (Cassinari 1979)

 

18

Le partage des vêtements (Cassinari 1979)

10

Entrée à Jérusalem (Realini 1969)

 

19

La résurrection (Realini 1969)

XI°

11

Le Christ dans le Tombeau (Anastasio 1898)

 

20

Le Christ est déposé de la Croix (Anastasio 1898)

On indique en italique les œuvres ajoutées après 1989 . La IX e porte réalisée par Anastasio en 1898 est irrécupérable.

Avant de compléter la présentation des « transparents », on propose ci-après un exemple d'analyse historique–artistique de quelques exemplaires parmi les plus significatifs.