TRANSPARENTS    

Les premières voiles
Bagutti
Le XIXe siècle
Les contemporains
La conservation
La technique
La restauration
L'iconographie
Les clients
Les parcours

 

Showgallery

 

La restauration

Malgré l'incroyable résistance de ces tableaux à la dégradation, il est normal qu'ils subissent différents types de dommages au cours des phases de préparation ou d'exposition ; on peut donc imaginer les interventions d'entretien qui ont été entreprises dès le début et souvent par du personnel qui n'était pas du tout spécialisé. En fait, on commence à parler de véritable restauration à partir des années 50, quand le peintre et restaurateur Mario Gilardi fut chargé par la Municipalité d'entreprendre une intervention de conservation générale des « portes » et des tableaux de Bagutti sur la base d'une tradition familiale qui avait déjà impliqué son père Silvio, auteur de très nombreux transparents, et parfois restaurateur. À partir de cette période, en particulier après la centralisation du dépôt au cours de la décennie suivante, la conservation, la restauration et l'entretien ordinaire consistèrent en un travail régulier pour la Municipalité et pour les spécialistes.

Tout comme la technique picturale, les méthodes de restauration doivent s'adapter à des conditions de transparence particulière, d'imperméabilité, de résistance mécanique, etc., qui ne sont certes pas celles de la restauration des tableaux sur toile « normaux », exposés à l'intérieur et contrôlés. En plus, en raison de leur caractère didactique, les « transparents » ne peuvent pas être traités comme des objets de musée, mais ils doivent continuer à jouer le rôle pour lequel ils ont été créés grâce à une lisibilité qui n'admet pas les interruptions des intégrations neutres, également suite à d'énormes carences. Heureusement, on dispose aujourd'hui de matériaux et de méthodes qui s'adaptent mieux aux exigences de ces objets si particuliers par rapport à ceux qu'on utilisait traditionnellement jusqu'à la moitié du XX e siècle : des toiles synthétiques résistantes mais presque totalement transparentes, des colles activables à chaud ou à froid, etc. Pour les tableaux les plus anciens – en particulier pour les « portes » et pour les tableaux du complexe San Giovanni – on a opté pour le stockage définitif et le remplacement par des reproductions photographiques, avec des copies ou des interprétations picturales.