JEUDI    

Ordre du cortège
Les personnages
Personnages évangéliques
Personnages historiques
Personnages légendaires
Dépôts des costumes

 

Showgallery

 

Dépôts des costumes

Depuis que les costumes des personnages des processions ne sont plus confiés à l'imagination et à la disponibilité des participants, c'est-à-dire à partir de la fin du XIX e siècle, tous les objets, habits, armatures, armes et instruments sont conservés dans les locaux de l'ancien couvent, bénéficiant eux aussi d'un meilleur emplacement et d'une distribution plus rationnelle dans les lieux destinés à l'habillage.

Depuis quelques années, on aménage dans la cour derrière l'église San Giovanni des pavillons où l'on expose les costumes les plus voyants, permettant une visite à toute personne intéressée jusqu'à quelques heures avant les processions. Après les manifestations, on recommence le travail infini de la restitution, du nettoyage, de la restauration, de la réparation, voire souvent de la réfection, de la prise d'inventaire et de l' « archivage » minutieux de tout le matériel. On effectue régulièrement des contrôles, plusieurs fois dans l'année, pour vérifier l'état de conservation, et les préparatifs commencent au moins trois mois avant Pâques, suivant une organisation complexe mais parfaitement rodée, basée sur la passion profonde des nombreux volontaires impliqués chaque année dans tout aspect et phase, de la recherche des chevaux à celle des aiguilles pour « recoudre » les costumes sur les différents « acteurs » qui se présentent – toujours fervents et concentrés – aux portes du couvent avec un rôle déjà bien défini, souvent obtenu par tirage au sort pour les personnages les plus choyés. En revanche, les principaux personnages du Jeudi, le Christ et les trois Marie, se préparent dans le recueillement en la sacristie de l'église San Giovanni Le seul « acte de foi » demandé aux figurants est leur disponibilité et leur présence ; on a vu au fil des années, des parents d'autres religions et cultures envoyer leurs enfants aux processions, participant sereinement à cette « fête » de la collectivité, qu'il faudrait vivre « de l'intérieur » pour la comprendre à fond ; ne serait-ce que pour se retrouver tous à la fin de la soirée dans la salle du théâtre derrière l'église Santa Maria pour dîner ensemble dans ce climat de satisfaction et d'épuisement qui représente pour beaucoup le véritable bonheur.