VENDREDI    

Ordre de la procession
Les groupes
Les lanternes
Les enfants
La musique
Les confréries
Les prélats
Le Christ Mort
La Vierge Éplorée

 

Showgallery

 

Les confréries

À Mendrisio, peut-être avant l'arrivée des Servites de Marie, il n'est pas exclu que les anciennes confréries - associations de laïques - qui se fixaient l'objectif de promouvoir les idéaux de vie chrétiens parmi la population à travers des œuvres de charité – ait pu jouer un rôle fondamental dans l'organisation des Processions Historiques, surtout après 1852, année de l'expulsion des frères du canton. Les deux confréries principales du bourg étaient celle du Très Saint Sacrement et celle du Saint Rosaire. Fondées au XVI e siècle (mais probablement refondées ou renommées dans l'optique de la Contre-Réforme), les deux congrégations ont prospéré jusqu'en 1935 quand on décida de les unir, en raison de la diminution du nombre d'affiliés.

La Confrérie du Très Saint Sacrement s'occupait essentiellement de l'église Santa Maria et de la gestion de la Funziun di Giüdee, tandis que celle du Saint Rosaire, la plus ancienne, avait différentes fonctions, dont le transport en procession, tous les 50 ans, de la statue de la Vierge du Rosaire, conservée dans une niche de l'église paroissiale. Durant la procession du Vendredi Saint, la grande importance qu'avaient les confrères par rapport aux frères de San Giovanni était soulignée par leur place « introductive ». Ce n'est qu'à la fin du XIX e siècle qu'ils enrichirent la procession avec la série des panneaux illustrant les Misteri del Rosario (les Mystères du Rosaire), une œuvre d'Abbondio Bagutti (Mendrisio, 1788-1850), tandis que les confrères du Sacrement se dotèrent d'une série de « panneaux » peints par Giuseppe Monti (1836-1876). Les Mystères, qui représentent les faits importants de la vie de Jésus et de la Vierge, sont subdivisés en trois groupes de cinq, suivant la subdivision liturgique connue : les Joyeux (Annonciation, Visitation, Naissance de Jésus, Présentation au Temple et Jésus retrouvé au milieu des docteurs) ; les Glorieux (Résurrection, Ascension, Descente de l'Esprit-Saint, Assomption de la Vierge et son Couronnement au ciel), et les Douloureux (Prière dans le Jardin des Oliviers, Flagellation, Couronnement d'épines, Montée au Calvaire et Crucifixion).

Introduite très tard, la procession du Vendredi Saint peut encore compter aujourd'hui sur la présence de la Confrérie de Salorino et, depuis 1860, sur celle de Morbio Superiore, qui accepta de remplacer les frères Capucins en raison de l'affection qui les lie à don Gaetano Pollini, prêtre apprécié du village à l'entrée de la Vallée de Muggio avant d'être nommé prévôt de Mendrisio. En revanche, la Confrérie de l'Addolorata, qui accompagnait autrefois les Pères Servites qui transportaient le simulacre du Christ Mort et dont il ne reste aujourd'hui que quelques habits qui en rappellent l'ancienne présence dans le Magnifique Bourg, n'existe plus.