VENDREDI    

Ordre de la procession
Les groupes
Les lanternes
Les enfants
La musique
Les confréries
Les prélats
Le Christ Mort
La Vierge Éplorée

 

Showgallery

 

Les prélats

Au fil de l'histoire, les rapports entre le clergé séculier et l'Ordre des Servites de Marie avait été très turbulents pendant une longue période. La discussion relative à l'organisation et au déroulement de la procession du Vendredi Saint, tournait autour de questions d'argent et de prestige. La dimension économique venait du fait qu'autrefois, pour participer aux processions, on demandait un émolument individuel, dont la somme totale faisait envie à l'archiprêtre et au prieur.

En ce qui concerne le prestige lié à l'organisation de la manifestation, la polémique était surtout virulente au XVIII e siècle, quand la paroisse de Mendrisio revendiqua le droit de guider la parade, puisque les règlements ecclésiastiques en vigueur interdisaient au clergé régulier d'organiser des processions hors de son périmètre conventuel sans son autorisation. À cette époque, la discorde finit par se porter sur l'itinéraire à parcourir, les bénédictions à impartir, la priorité à l'intérieur du cortège et d'autres questions futiles.

Les arbitrages fournis par les généraux de l'ordre, par le bailli (qui était le gouverneur des bailliages) et par l'évêque de Côme (dont le diocèse comprenait également Mendrisio) parvinrent à consolider un compromis qui prévoyait un partage des tâches. Le clergé séculier maintint les prérogatives d'encenser le simulacre du Christ Mort, d'impartir la bénédiction et de réciter les prières dans l'église paroissiale et dans l'église San Francesco, tandis que le prieur des Servites de Marie exerçait les mêmes fonctions à San Giovanni et guidait la procession devant la Vierge, encaissant une bonne partie des recettes destinées à l'entretien des objets et à l'achat des cierges.

Jusqu'au moment de leur expulsion du Canton, les Servites de Marie gardèrent le contrôle sur la procession du Vendredi Saint - considérée comme la « Procession de Marie Vierge Éplorée et elle a toujours été reconnue en tant que telle par la population de Mendrisio » - et leur rôle hégémonique a été mis en évidence par le fait qu'ils avaient toujours défilé dans la position la plus prestigieuse, c'est-à-dire à la fin du cortège.